jeudi 14 décembre 2017

14 décembre 2017. Nouvelles de la Dissidence. Jeunes, ne vous laissez pas manipuler.


-
Rien n’est plus facile que de prêcher la vérité. Le miracle c’est de la faire aimer.
-
Ce billet s'adresse encore aux jeunes lycéens et lycéennes, en classe de terminale. Création n'est pas fabrication ! ne vous laissez pas manipuler.
-
1. LA CITATION DU JOUR.
-
"Nombre de philosophes ont objecté que l’idée de création est anthropomorphique, qu’elle est décalquée sur notre expérience de la fabrication des objets de notre industrie ou de notre art. Nous avons vu déjà qu’entre création et fabrication il existe un abîme. La fabrication d’un objet artisanal ou industriel consiste à rassembler des matériaux qui existaient déjà, dans un certain ordre. C’est tout. Cela ne confère pas la vie à l’ensemble de ces matériaux. Cela ne confère pas l’être à l’ensemble, qui reste un agrégat. La création au contraire consiste à susciter des êtres, des substances, qui ne préexistaient pas, et qui exercent et manifestent leur relative autonomie par rapport à la matière intégrée, qu’ils manient d’une manière souveraine. Nous ne savons pas créer des substances, des êtres capables d’activité propre et d’initiative propre. Nous ne sommes jamais créateurs d’êtres. La notion de création n’est donc pas anthropomorphique. Bien au contraire, elle nous éloigne de toute ressemblance avec la pratique humaine. Un être créé comporte bien une analogie, lointaine au début de l’histoire de la création, puis de plus en plus proche et saisissante : un être créé, une substance créée, ressemblent en quelque mesure à l’Être incréé, en tant qu’ils sont des êtres, des unités, des monades, capables d’activité propre, capables d’initiatives, capables de dominer une multiplicité physique, capable d’informer, de choisir, d’assimiler, d’éliminer, puis de ressentir, de se souvenir, d’aimer et de détester, enfin de connaître et de vouloir."
In
Claude TRESMONTANT.
Sciences de l’univers et problèmes métaphysiques.
Éditions du Seuil, Paris, 1976. (Page 129.)
-
2. COMMENTAIRES.
-
Il est tout à fait intéressant de noter – et je continue, comme hier, à m’adresser surtout aux lycéens de terminales – que nombre de philosophes allemands s’élevaient avec vigueur contre l’idée de création, et qu’ils étaient devenus antisémites pour cette raison. Or il est scientifiquement prouvé que l’univers a eu un commencement et qu’il aura une fin. Ceci ne prouve pas que la création soit un acte divin, mais prouve que le matérialisme n’a aucun fondement scientifique. Car pour un matérialiste, la matière est le tout de l’être ; rien n’existe, rien n’est en dehors d’elle. On voit dès lors la difficulté qu’il y a d’admettre un progrès indéfini et littéralement sans limite de l’humanité, si l’objet du progrès, l’univers constitué de toute la matière, est destiné à disparaître.
Ne croyez pas que ces réflexions, peut-être un peu abstraite, soient décalées par rapport à l’actualité. Je constate que notre société a manifesté, par la participation populaire aux obsèques de Johnny Halliday, sa profonde interrogation devant la mort, l’au-delà de la mort et la destinée de l’homme.
Alors, très chers jeunes que je vois chaque semaine, vous qui m’honorez de votre confiance, vous qui m’évangélisez par vos exigences de vérité, continuez de réfléchir sur le sens que peut prendre votre vie, et dites-vous bien que le plaisir n’est pas le bonheur. Ne vous laissez pas manipuler, ni par les médias, ni par des enseignants qui ne seraient pas scrupuleux, et soyez curieux de découvrir ce que la bien-pensance vous cache volontairement pour pouvoir mieux vous asservir.
-
3. REVUE DE PRESSE INSOLENTE.
-
Méfaits de la libre pensée ? Haine du christianisme ?

-
Une piqûre de rappel !

-
Eh bien je ne crois pas, comme le suggère l’auteur de l’article, que ce soit le chant du cygne !

-
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice.

-
Opération de police au Maroc.


Il n’y a donc pas qu’à CALAIS.
-
Intervention de J.-F. POISSON.


Illustration admirable et indirecte de la citation du jour.


13 décembre 2017. Nouvelles de la Dissidence. Quelques conclusions simples sur l'évolution.

Avec du retard, et toujours avec notre cher Claude, le billet du 13 décembre. il s’adresse surtout aux lycéens et lycéennes de terminales, qui sont souvent confrontées à des professeurs de philosophie ou de biologie, agnostiques, anticléricaux ou matérialistes et qui ne se font pas faute de les endoctriner.
-
Rien n’est plus facile que de prêcher la vérité. Le miracle c’est de la faire aimer.
-
1. LA CITATION DU JOUR.
-
"1. L’évolution, phénomène orienté, ne se nourrit pas seulement de variations héréditaires aléatoires, que trie une sélection opérant pour le bien d’une population.
2. L’évolution exige l’acquisition, au cours des temps, au fur et à mesure que les organismes se compliquent, de nouveautés dont l’information s’insère dans les brins d’ADN sous la forme de nouveaux gènes.
3. L’apport d’information et la création subséquente de gènes sont des mécanismes profondément distincts de la mutagenèse productrice d’allèles. (In Pierre-Paul GRASSÉ. L’Évolution du vivant. Albin Michel, Paris, 1973, p. 400.)"
Cité par Claude TRESMONTANT
In.
Sciences de l’univers et problèmes métaphysiques.
Éditions du Seuil, Paris, 1976. (Page 98.)
-
2. COMMENTAIRES.
-
TRESMONTANT cite Pierre-Paul GRASSÉ, un éminent zoologiste français, qui outre ses exceptionnelles qualités scientifiques était un homme d’une foi profonde. Je me souviens de l’avoir entendu lire, il y a plus de 50 ans une épître de saint Paul lors de la messe qui était célébrée en l’Eglise des Eyzies, en Dordogne, département dont il était originaire. GRASSÉ a consacré un ouvrage très volumineux à la question de l’évolution du vivant et c’est de ce livre que sont tirées les trois conclusions majeures données dans cette citation.
Comme je l’indique en incipit de ce billet, c’est surtout aux jeunes de terminales que je m’adresse : les conclusions de GRASSÉ, qui ne préjugent aucunement de l’existence ou de l’inexistence de Dieu, sont des conclusions inattaquables. Les seules mutations avantageuses sur le plan de la sélection naturelle ne peuvent pas rendre compte de la complexification croissante du vivant. Il est évident que l’interprétation darwinienne de l’évolution ne résiste pas à l’examen des faits. Voilà ce que ces jeunes peuvent et doivent retenir et voilà les questions qu’ils peuvent et doivent poser à des maîtres qui s’efforcent de les manipuler : commente expliquer l’apparition de nouveaux gènes et leur incorporation dans le génome d’êtres vivants préexistants, une incorporation responsable de l’apparition de nouvelles formes et donc de nouvelles substances (au sens où l’entend TRESMONTANT et avec lui les philosophes réalistes ou néo-thomistes).
Il ne faut pas moins à GOULD un livre de près de 1000 pages pour tenter de justifier le darwinisme. J’ai calé à la dixième, tant la langue est compliquée, torturée et la conclusion, téléphonée dès le premier chapitre. En vérité, plus les conclusions sont factuelles et simples, plus on a de chance de fournir à sa pensée l’aliment qui lui permet de rentrer dans le formidable mystère de la vie. C'est ce que souhaite à tous ces jeunes qui me liront.
-
3. REVUE DE PRESSE INSOLENTE.
-
Bien sûr ! Puisque c’est un échec, il convient de continuer !

-
On résiste à Saint-Pattern !

-
Que n’entendrait-on pas chez nous si nous nous avions eu l’idée d’en faire autant !

-
Lire au moins le début de cet article, réservé aux abonnés.


et regarder cette courte vidéo.


-
Il n’a de vaillant que le patronyme !

Ou le contre-sens définitif de Luc LE VAILLANT dans Libération.

-
Alain FINKIELKRAUT et les obsèques de Johnny.

Pas beaucoup de banlieusards non-souchiens présents dit notre académicien. Il avait raison, donc il faut le dézinguer et le taxer de raciste.


ou

-
Osez dire que c’est un réac ! Philippe de VILLIERS parle clair.

Il démantibule l’aéroport ND des Landes, et, de mon point de vue, il a bien raison.

-
Les Tchèques ne veulent plus d’immigrés chez eux.

-
Il y a tout de même des juges qui ont du bon sens.


mercredi 13 décembre 2017

12 décembre 2017. Nouvelles de la Dissidence. Du rififi dans la théorie de l'évolution !

-
TRESMONTANT parle (merveilleusement) de l’évolution
-
Rien n’est plus facile que de prêcher la vérité. Le miracle c’est de la faire aimer.
-
1. LA CITATION DU JOUR.
-
"L’évolution n’est pas un principe d’explication. Elle est ce qu’il s’agit d’expliquer. C’est là-dessus qu’a porté la confusion et l’insuffisance des analyses. L’évolution, de fait, ne peut se comprendre que comme création continuée. Elle est bien incapable, par elle seule, de se comprendre elle-même. Dire qu’il y a évolution, c’est dire que des êtres nouveaux apparaissent au cours du temps dans un certain ordre, reliés les uns aux autres par des liens physiques et génétiques. Mais toute la question est de comprendre l’apparition de ces êtres nouveaux. L’ancien ne suffit pas à rendre compte du nouveau, tout simplement parce que l’ancien est plus pauvre que le nouveau. Le nouveau apporte quelque chose en plus, qui ne se trouvait pas dans l’état de choses ancien. L’absence ne suffit pas à rendre compte de la présence, pour la bonne raison que le néant ne suffit pas à rendre compte de l’être."
In
Claude TRESMONTANT.
Sciences de l’univers et problèmes métaphysiques.
Éditions du Seuil, Paris, 1976.
-
2. COMMENTAIRES.
-
La découverte de l’évolution et son explication par DARWIN a été une arme, relativement émoussée, utilisée par les matérialistes pour ridiculiser les chrétiens qui auraient accordé une valeur historique aux deux récits de la Création rapportés par la Genèse. C’est faire fi de l’analyse des genres littéraires, autorisée il est vrai assez tardivement, après la publication de l’Encyclique Divino afflante spiritu, le 30 septembre 1943. En vérité, la Genèse nous apprend une chose essentielle : c’est que l’univers ne s’est pas fait en un jour, d’une part, et que la dernière manifestation de la création est l’apparition de l’homme.
TRESMONTANT avec le génie qui le caractérise indique que l’évolution ne peut s’expliquer elle-même. Par ailleurs (et je vous invite à lire les trois articles donnés en lien dans la section 3), il semble bien que les opinions reçues comme définitives par la communauté scientifique et l’opinion publique, doivent être sérieusement remise en cause. Une récente découverte d’un fossile de dinosaure du genre Triceratops plonge les paléontologues dans la plus grande des perplexités. Cette découverte est essentielle, puisqu’il s’agit de la mise en évidence de tissus mous associés à ce fossile, et que cette présence est parfaitement incompatible avec la datation donnée pour l’existence des dinosaures, il y a soixante-cinq millions d’années.
Loin de moi de me faire le partisan d’un fixisme à quoi les faits ne permettent pas d’accorder une grande valeur scientifique. En revanche, l’idée que l’évolution est une création continuée, comme le dit TRESMONTANT, est parfaitement juste (et du reste, un très grand savant français, Pierre-Paul GRASSÉ l’explique d’une manière irréfutable). Et si la création est une infusion perpétuelle et continuée d’informations dans la matière vivante, il nous faut chercher du côté de l’existence d’une intelligence organisatrice. Les matérialistes, quoi qu’ils disent, sont dans l’incapacité absolue d’expliquer l’apparition de nouveaux gènes (une nouvelle information) par le seul jeu des mutations et de la sélection. Et toutes leurs explications que j’ai pu lire sont d’une pauvreté, d’une imbibition de conjectures toutes plus improbables les unes que les autres telles, que l'on ne peut leur accorder le moindre crédit. Nous reviendrons sur ce sujet.
-
3. REVUE DE PRESSE INSOLENTE, CURIEUSE OU BAROQUE.
-
Une initiative à encourager.

-
Honneur à ces ouvriers et ingénieurs qui n’ont pas la pudeur anticatholique de Jean-Luc.

Ils font bénir leurs travaux, eux ! 

-
Mark ARMITAGE et tissus mous du Triceratops !


Et après les grands esprits dénoncent les méfaits de l’inquisition !


-
Les Eurocrates continuent. Et moi je dis : vive la Pologne, vive la Hongrie, vive la Tchéquie, monsieur !

-
Les droits de la conscience enfin reconnus en Norvège.

-
Et on continue de fermer les yeux ?

-
La laïcité n’existerait pas sans les chrétiens, n’en déplaise à Jean-Luc !

-
Un joli billet de Philippe BILGER.

-
On résiste au Luc en Provence.



lundi 11 décembre 2017

11 décembre 2017. Nouvelles de la Dissidence. Johnny et la vie éternelle.

-
Nous poursuivons la lecture de TRESMONTANT. Et vous allez voir ce que vous allez voir !
-
Rien n’est plus facile que de prêcher la vérité. Le miracle c’est de la faire aimer.
-
1. LA CITATION DU JOUR.
-
"Que dit, que prétend cette tradition de pensée hébraïque, juive et chrétienne ? Elle dit, elle prétend, que l’homme est en effet un être inachevé, un commencement de création, mais que de plus c’est un être qui est appelé, invité, à une destinée proprement surnaturelle, à savoir la participation personnelle à la vie personnelle de Dieu l’Incréé, après une transformation qui est requise pour que cette communication et cette participation soit possible. Elle prétend qu’il y a déjà aujourd’hui, et depuis le début, dans l’homme, ce qui est requis pour qu’une telle destinée soit possible, pensable, réalisable : les arrhes de l’esprit, comme dit l’apôtre Paul, ton arrabôna tou pneumatos [2 Co 1, 22] ; que l’esprit dont il est question dans ce langage est quelque chose de radicalement différent du simple psychisme. Le psychisme est de l’ordre du créé, de l’ordre de la nature. L’esprit, en l’homme, c’est ce par quoi l’homme est capable de rentrer en communication avec l’Esprit de Dieu, ou plus simplement avec Dieu, qui est Esprit. Ce n’est plus simplement de l’ordre naturel, c’est déjà une relation entre l’ordre naturel ou créé et l’ordre surnaturel et incréé. Elle prétend enfin, cette tradition, que si vous examinez bien ce qui se trouve dans l’homme, ce qu’il veut, ce qu’il désire sans le savoir encore ou en le sachant déjà, c’est justement ce qu’elle enseigne, à savoir que l’homme a une destinée de dieu, qu’il est appelé à devenir Dieu, sans confusion cependant, sans mélange, dans une relation personnelle de Je à Tu qui n’abolit jamais la distinction des natures ni des personnes."
In
Claude TRESMONTANT.
Sciences de l’univers et problèmes métaphysiques.
Éditions du Seuil, Paris, 1976. (Page 120.)
-
2. COMMENTAIRES.
-
Je ne crois pas au hasard, je crois à l’intervention perpétuelle de la Providence qui a ceci de merveilleux, d’étonnant, c’est qu’elle nous laisse chacun libre de reconnaître son doux et silencieux passage dans nos vies.
TRESMONTANT, dans ce puissant commentaire, développe ce qu’il avait constaté quelques paragraphes auparavant. TRESMONTANT croit – et c’est sage – qu’il y a évolution, et que la plus grande révolution anthropologique qui fût jamais, est la révélation faite à cette petite tribu araméenne emmenée par ABRAHAM, que l’homme est fait pour la vie éternelle.
Voyez-vous, j’ai la certitude que les larmes, le silence impressionnant, l’affliction qui ont frappé tant de Français lors de la cérémonie d’adieu à Johnny HALLIDAY sont de puissantes manifestations de la Providence ; pourquoi ce silence, pourquoi ces larmes, si ce n’est qu’avec la disparition d’un homme que l’on aimait, nous sommes placés, les uns et les autres, devant le mystère de la mort, et de notre propre mort ? La cérémonie de l’église de la Madeleine nous mettait, nus, devant cette question fondamentale : qu’y a-t-il après la mort ? Et les textes, lus admirablement, avec une émotion non feinte, par des artistes au sublime talent, nous donnait cette réponse incroyable, cette bonne nouvelle : l’amour ne passe pas, l’amour est immortel, l’amour nous immortalise, l’amour est la vie.
Oui, la grande mutation de l’espèce humaine est bien cette révélation que le peuple hébreu a eu le privilège d’accueillir le tout premier parmi les enfants des hommes : nous sommes faits pour la vie éternelle. Monsieur MÉLENCHON peut bien vitupérer lamentablement ; il est fait, quoi qu’il en ait, il est fait pour la vie éternelle. Et il sera surpris, lors du grand passage, de l’éblouissante lumière qui se révélera à lui dans le face à face admirable qui nous attend tous.
Johnny a bien été le plus grand missionnaire de ce début de siècle.
Le Vivant qu'il a maintenant rencontré le serre sans ses bras fraternels !
-
3. REVUE DE PRESSE INSOLENTE, CURIEUSE OU BAROQUE.
-
Elvire DEBORD analyse un livre de Colette NYS-MAZURE et célèbre avec elle le quotidien.


Lisez, je vous en prie, cette célébration du quotidien qu’Elvire et Colette font, chacune à leur manière. Une merveilleuse analyse.
-
L’amour et la vie au cœur de la célébration d’adieu à Johnny HALLIDAY.






et enfin, cet article qu’il FAUT ABSOLUMENT LIRE. (Pauvre Jean-Luc MÉLENCHON !)

-
On arrête pas la bêtise ; c’est comme le progrès !

-
Que la laïcité n’a rien à voir avec l’athéisme mélenchono-maçonnique !








dimanche 10 décembre 2017

10 décembre 2017. Note brève : le naufrage de Jean-Luc !

Des centaines de milliers de personnes ont voulu honorer par leur présence la mémoire de Johnny Halliday. Elles se sont tenues dans un silence impressionnant pendant la cérémonie d’adieu qui a eu lieu dans l’Église de la Madeleine. Voilà tout ce que trouve à dire monsieur MÉLENCHON qui, non seulement fait preuve d’un sectarisme et d’une intolérance qui le déshonore, mais insulte aussi le peuple, les petites gens, qui n’ont pas les scrupules de vierge effarouchée qu’exprime ce message, un message que l’on peut qualifier de ridicule, d’ignoble, et de révoltant.
Il signe définitivement le naufrage de Jean-Luc ! Qu’il sombre donc et avec lui cette haine de tout ce qui est spirituel et dépasse les horizons gris que cette société inhumaine nous donne à apercevoir, à travers les initiatives de cet imprécateur. 

1. HYMNE A LA HAINE.

De monsieur Jean-Luc MÉLENCHON, ce message posté  hier à 9 h 28. [En rouge, mes commentaires.]

"Samedi, jour anniversaire de la loi de 1905 sur la laïcité de l’État, le président de la République, chanoine de Latran, participe à une messe dans l’Église de la Madeleine [c’est une approximation, Jean-Luc : ce n’était pas une messe, mais une bénédiction] monument religieux contre-républicain [comme toutes églises, Jean-Luc, cathédrales comprises ?], où la prostituée de l’Évangile implore le pardon cu Christ [j’ai du mal à voir le rapport avec le caractère contre-républicain de cette imploration de Marie-Madeleine ; incidemment, vous qui défendez les femmes, cher Jean-Luc, vous auriez pu mentionner qu’elle n’a pas eu peur des soldats romains et des pharisiens : elle était avec Marie au pied de la Croix]. En face, l’Assemblée nationale [l’isoloir dont parle PROUDHON, qui est composé de gens qui ne représentent RIEN]. Les rues qui mènent à ce bâtiment portent les noms des avocats de Louis XVI et de Marie-Antoinette [sous-entendu : horresco referens, car il est clair qu’on aurait dû les raccourcir tous les deux sans avoir recours aux artifices captieux des avocats ; je pensais, Jean-Luc, que vous accordiez à tout accusé le droit d’être défendu !] On voit ce que vaut la laïcité républicaine de certains. [Je ne vois pas bien le rapport entre Louis XVI, Marie-Antoinette et la laïcité républicaine.] Rappelons que Clémenceau, vainqueur de la grande guerre [non, monsieur, les vainqueurs ce sont nos soldats, leurs chefs et en dernier ressort, Clémenceau, pas Clémenceau tout seul] refusa d’entrer à Notre-Dame pour le Te Deum  de la victoire." [Il refusa aussi les offres de paix de l’Empereur d’Autriche Charles, transmises par ses cousins les Bourbon-Parme, sans doute pour les mêmes raisons. Je veux bien que Johnny soit un mythe, mais s’il en est un de plus grande envergure, c’est bien celui de Clémenceau, homme intolérant et sectaire que l'on a mis au pinacle pour des raisons qui n'échapperont point aux esprits alertes et vigilants.]

2. HYMNE À L’AMOUR.

Et voici maintenant l’hymne à l’amour que ces centaines de milliers de personnes ont pu entendre lors de la cérémonie d’adieu à Johnny et qui a été lu merveilleusement. Comparez, je vous en prie, le ton, le souffle, la beauté de cet hymne, et tendez à Jean-Luc une main secourable pour qu’il ne renie pas Celui qui l’aime avec d’autant plus d’ardeur que lui Le déteste.

"L’amour [la charité] est longanime ; la charité est serviable ; elle n’est pas envieuse ; la charité ne fanfaronne pas, ne se rengorge pas ; elle ne fait rien d’inconvenant, ne cherche pas son intérêt, ne s’irrite pas, ne tient pas compte du mal ; elle ne se réjouit pas de l’injustice, mais elle met sa joie dans la vérité. Elle excuse tout, croit tout, espère tout, supporte tout.
La charité ne passe jamais. […]." (1 Corinthiens 13,  4-8.)

Du balcon du ciel, Johnny, pourtant continuera de chanter : « Que je t’aime ! ». Je ne vois pas d’autres explications à l’admiration que portent au chanteur des millions de Français, que celle-ci : Johnny donnait à voir au-delà des horizons gris à nous ouverts par Jean-Luc ; Johnny, à sa manière, était un mystique. J’ai mis du temps à comprendre ce qui m’apparaît comme une vérité, et je souris devant les taquineries que nous nous fait la Providence ! Elle a donné à entendre à des millions de Français des paroles qu’ils n’avaient point entendu depuis des lustres.

Jean-Luc est en train de sombrer. Il a commis une mauvaise action. Et je crains qu’il ait du mal à s’en remettre sur le simple plan politique. Le Président de la République, lui, qui, je dois le dire, me surprend, a senti littéralement le frémissement et la peine du peuple. Il convient de lui faire crédit de cette suprême intelligence. 

09 décembre 2017. Nouvelles de la Dissidence. Pour faire un homme, mon Dieu que c'est long !

-
Un texte lumineux de TRESMONTANT sur l’embryogenèse.
-
Rien n’est plus facile que de prêcher la vérité. Le miracle c’est de la faire aimer.
-
1. LA CITATION DU JOUR.
-
"Mais dès 1759, Caspar-Frédéric WOLFF, un jeune médecin allemand, étudiant le développement du poulet, constate que les structures, les organes se forment progressivement.
"C’est cela que l’on appelle l’épigenèse : la formation progressive de l’être au cours du développement embryonnaire qu’on appelle aussi ontogenèse, ou embryogenèse. Comme l’écrit un maître de l’embryologie moderne : “L’épigenèse est plus difficile à comprendre que la préformation. Cette dernière doctrine, en concrétisant dans un seul germe tout l’avenir de l’individu et de sa descendance, supprimait tout problème. Du moment que tout est présent dans l’œuf, il n’y a pas de raison de se demander comment apparaissent et évoluent les organes. C’est parce que le développement est épigénétique que l’embryologie causale s’est constituée en tant que science explicative. Les problèmes qu’elle pose sont souvent difficiles à résoudre, parce que difficile à concevoir. L’un des plus courants, que l’on rencontre à l’échelle de l’organisme entier comme à l’échelle des organes, consiste à se demander comment et pourquoi une organisation complexe, une structure différenciée apparaît aux dépens de ce qui est primitivement simple et homogène, du moins en apparence. Le passage du virtuel au réel, de l’homogène à l’hétérogène, est une des difficultés majeures que rencontre l’embryologiste. Tout est contenu à l’état potentiel, mais non actuel, dans l’œuf au début de son développement. C’est une vérité d’évidence de rappeler qu’il est riche de tout l’avenir de l’individu, des grandes lignes comme des moindres détails de son organisation (…), et que par-delà de l’individu s’inscrivent en lui les caractères de sa descendance, et peut-être de l’évolution qu’elle subira. (Étienne WOLFF. L’embryologie causale. In Précis de biologie générale. P.P. GRASSÉ et collaborateurs, éd., p. 576.)" [Texte intégral.]
In
Claude TRESMONTANT.
Sciences de l’univers et problèmes métaphysiques.
Éditions du Seuil, Paris, 1976. (Page92.)
-
2. COMMENTAIRES.
-
Voilà ce que les partisans et les promoteurs de l’avortement ne peuvent voir, ou ne veulent voir : celui de l’épigenèse, c’est-à-dire du développement d’un œuf en un organisme parfaitement différencié. À observer un œuf, on a du mal à imaginer que cette cellule, parfaitement ronde et apparemment homogène, contient en elle tout le programme qui lui permettra de devenir un être complet. Or, et la chose a été démontrée par une chercheuse allemande, prix Nobel de médecine, un œuf, en dépit de ses apparences est déjà une structure polarisée. Son contenu n’est pas dispersé de manière uniforme à travers tout le cytoplasme. En somme, l’œuf est déjà dissymétrique, et c’est en cela qu’il ne peut être considéré comme une simple cellule, analogue à celles que j’ai moi-même pu observer, par millions quand je pratiquais la culture cellulaire. Il y a une différence ontologique considérable entre, par exemple, un globule blanc qui, en son état, n’est pas génétiquement polarisé, et un œuf, fruit de la fusion de deux gamètes, un spermatozoïde et un ovocyte. Du reste, point n’est besoin de sortir de polytechnique pour voir qu’un spermatozoïde, cellule de petite taille par rapport à l’ovocyte avec lequel il va fusionner, y pénètre en un point unique, et que ce lieu spécifique est déjà un premier signal de polarisation.
On pourrait très bien déterminer les conditions physiques qui permettraient à des bonshommes de LANGEVIN de quitter la terre en un temps noté temps de départ ou temps zéro, au moment où se forme un œuf humain, naviguer dans l’espace pendant quelques années et revenir sur terre en constatant que l’œuf en question est devenu un adulte. En d’autres termes, le temps et l’espace sont équivalents, et ce n’est pas parce que, dans notre système de référence, celui de la terre, il faut du temps pour faire un homme (« Pour faire un homme, mon Dieu que c’est long » chantait déjà Hugues AUFRAY), que l’homme tout entier n’est pas déjà PRESENT dans cet œuf.
Je n’ai aucune illusion quant à la capacité qu’ont ces constatations de bon sens d’entraîner la conviction des hommes politiques et des faiseurs d’anges. Mais j’ose espérer qu’elles leur permettront d’interroger leur conscience et qu’avant de supprimer une vie, ils réfléchiront à deux fois.
-
3. REVUE DE PRESSE INSOLENTE, CURIEUSE OU BAROQUE.
-
Merci à Karim. Venons-y nombreux.

-
L’art (!!!) contemporain ? Une juteuse imposture.

-
L’indécence élevée à la hauteur d’un art !

-
Une adolescente sur le chemin de la béatification.

-
En Bretagne, on sait fêter Marie.

-
Bobote pas métro, Bobote toto !

-
Honneur et soutien à nos frères de Hongrie.

Ils n’ont pas peur de résister. Ils savent du reste ce que résister veut dire.

-
Girondins oui ! Jacobins non !

Une excellente analyse des élections en Corse.